From the Hof van Savoye to the Prinsenhof

La musique à l’époque de Marguerite d’Autriche et de Charles Quint

MARGARET OF AUSTRIA
Tous les regretz

La Bernardina

Fors Seulement

Tandernaken

Je ne fay plus

S’elle m’amera

 Ricarda Ottava

 Pour ung jamais
Tous nobles coeurs


Antoine Brumel (1460 – 1515)
Josquin Desprez (ca. 1450/55 – 1521)

Johannes Ockeghem (1410 – 1497)
Jakob Olbrecht (ca. 1457 – 1505)
Antoine Busnois (1430 – 1492)
Johannes Ockegem

Diego Ortiz (1510-1570)
Pierre de la Rue (1460 – 1518)
Pierre de la Rue

CHARLES V

Fortune hellas
Alix avoit aux dents la malerage

Quand me souvient
Response: Ung triste cueur

Ung gay bergier


Dedans Tournai


Thomas Crecquillon (1505 – 1557)

Thomas Crecquillon
Diminuties van Girolamo dalla Casa


Thomas Crecquillon
Thomas Crecquillon
Diminuties van Bassano
Thomas Crecquillon

Bernard van Orley – Margaret of Austria

Bernard van Orley – Charles V

Tous les regretz qu’oncques furent au monde

Venez a moy, quelque part que je soye 

Prenes mon cœur en sa doleur par fonde

et le fendes que ma dame le voye        

MARGARET OF AUSTRIA

Tous les regretz

La Bernardina

Fors Seulement

Tandernaken

Je ne fay plus

S’elle m’amera

Ricarda Ottava

Pour ung jamais

Tous nobles coeurs

Antoine Brumel

Josquin Desprez

Johannes Ockeghem

Jakob Olbrecht

Antoine Busnois

Johannes Ockegem

Diego Ortiz

Pierre de la Rue
Pierre de la Rue

CHARLES V

Fortune hellas

Alix avoit aux dents la malerage


Quand me souvient
Response: Ung triste cueur

Ung gay bergier


Dedans Tournai

Thomas Crecquillon

Thomas Crecquillon
Diminuties van Girolamo dalla Casa


Thomas Crecquillon
Thomas Crecquillon
Diminuties van Bassano
Thomas Crecquillon

Bernard van Orley – Margaret of Austria

Bernard van Orley – Charles V

Ce beau et triste poème a été écrit en 1493 par Octavien de Saint-Gelais à l’occasion du départ de Marguerite de la cour française. À bien des égards, il symbolise les épreuves et les revers que Marguerite d’Autriche rencontrera dans sa vie ultérieure.

Née en 1480, à l’âge de deux ans, Marguerite a été séparée de ses parents, Maximilien d’Autriche et Marie de Bourgogne, pour être élevée à la cour française de Louis XI en tant que future épouse de son fils, le dauphin Charles VII. C’est là qu’elle a développé une préférence pour la poésie et la musique françaises, qui l’accompagneront tout au long de sa vie. En 1491, cependant, son engagement a été rejeté en faveur d’Anne de Bretagne, et Marguerite a dû quitter la cour en 1493.

Elle a ensuite épousé le prince Jean, fils de Ferdinand et Isabelle d’Espagne, et après sa mort précoce, elle a épousé Philibert II de Savoie. En 1506, deux ans après sa mort inattendue, elle est revenue aux Pays-Bas en tant que duchesse de Savoie pour assumer la régence de son neveu Charles Quint.

À Malines, Charles a été élevé à la cour de sa tante Marguerite d’Autriche, gouverneur des Pays-Bas à l’époque.

Une preuve importante de la vie musicale que Marguerite cultivait à la cour se trouve dans deux manuscrits. Les deux chansonniers contiennent des chansons et des motets de nombreux compositeurs franco-flamands qui étaient liés ou travaillaient directement à la cour de Marguerite : Pierre de la Rue, Alexander Agricola, Antoine Brumel, et d’autres. Les chansonniers contiennent de nombreuses références biographiques à sa vie, telles que la collection de pièces de regrets (quatorze dans les deux manuscrits) et des chansons composées sur son propre poème intitulé “Pour ung Jamais”.

Le 24 février 1500, Charles Quint est né à la cour de Ten Walle. À partir de ce moment, cet endroit a été appelé le Prinsenhof (cour du prince). En août 1477, le mariage des parents de Marguerite, Maximilien d’Autriche et Marie de Bourgogne, a eu lieu ici. Les citoyens de Gand ont montré leur résistance aux mesures de l’empereur, et c’est ainsi qu’il est revenu dans sa ville natale pour recevoir le conseil municipal au Prinsenhof.

Comme l’empereur Charles voyageait très souvent, il n’a pas laissé une grande empreinte sur une résidence spécifique. La Capilla Flamenca, fondée par Charles en 1515, était également mobile. Outre le clergé nécessaire, cette chapelle de cour était composée de quelques douzaines des meilleurs chanteurs et musiciens de l’époque. Pour la qualité musicale des services liturgiques, les musiciens de la Capilla Flamenca voyageaient avec Charles en tant que partie de sa cour impériale. Crecquillon était Kapellmeister et compositeur à la cour de Charles. On sait très peu de choses sur lui, mais il a laissé un impressionnant corpus musical.

Jole de Baerdemaeker & Adelheid Glatt Traduction : Johanna Lambrechts