Musique pour Marguerite

Tous les regretz

La Bernardina

Fors Seulement

Tandernaken

Je ne fay plus

Celle que jay longtemps ayme
Doulce memoire

 

S’elle m’amera

Improvisation op de passamezzo antico

Ricarda Ottava

Pour ung jamais

Tous nobles coeurs

La Morra

Scaramella

Antoine Brumel (1460-1515)

Josquin Desprez (ca. 1450 – 1521)

Johannes Ockeghem (1410 – 1497)

Jakob Olbrecht (ca. 1457 – 1505)

Antoine Busnois (1430 – 1492)

Cornelius Rigo de Bergis (eind 15° eeuw)

Pierre Sandrin (1490 – 1561)

Diminuties: Johanna Lambrechts

Johannes Ockegem

 

Diego Ortiz (1510-1570)

Pierre de la Rue (1460 – 1518)

Pierre de la Rue

Heinrich Isaac (1450-1517)

Loyset Compère (ca. 1445-1518)

Tous les regretz

La Bernardina

Fors Seulement

Tandernaken

Je ne fay plus

Celle que jay longtemps ayme
Doulce memoire

 

S’elle m’amera

Improvisation op de
passamezzo antico

Ricarda Ottava

Pour ung jamais

Tous nobles coeurs

La Morra

Scaramella

Antoine Brumel

Josquin Desprez

Johannes Ockeghem

Jakob Olbrecht

Antoine Busnois

Cornelius Rigo de Bergis

Pierre Sandrin

Diminuties: Johanna Lambrechts

Johannes Ockegem

 

Diego Ortiz

Pierre de la Rue

Pierre de la Rue

Heinrich Isaac

Loyset Compère

Tous les regretz qu’oncques furent au monde

Venez a moy, quelque part que je soye 

Prenes mon cœur en sa doleur par fonde

et le fendes que ma dame le voye        

Ce beau et triste poème a été écrit par Octavien de Saint-Gelais (1468-1502), poète et membre de la cour du roi Charles VIII de France. Le poème, faisant partie d’une œuvre plus vaste de St. Gelais, la Complainte sur le départ de Marguerite, a été écrit en 1493 à la veille du départ de Marguerite d’Autriche de la cour française et symbolisait à bien des égards les épreuves et les revers de la vie ultérieure de Marguerite.

Marguerite d’Autriche, née en 1480 en tant que fille de l’archiduc Maximilien d’Autriche et de Marie de Bourgogne, a été élevée à la cour française de Louis XI comme la future épouse de son fils, le dauphin Charles VII. Elle a été séparée de sa famille autrichienne à l’âge de deux ans et a passé les premières années de sa vie en France, où elle a reçu une éducation française et a développé un goût pour la poésie française et la musique qui l’accompagnera tout au long de sa vie. En 1491, cependant, après une détérioration des relations entre la cour française et l’empire des Habsbourg, son engagement a été rejeté en faveur d’Anne de Bretagne, et Marguerite a dû quitter la cour en 1493. Dans les années qui ont suivi, son mariage avec le prince Juan, fils de Ferdinand et Isabelle d’Espagne, a été arrangé et a finalement eu lieu en 1497. Seulement six mois après le mariage, le prince est décédé, et en 1499, elle est retournée aux Pays-Bas en tant que veuve. Son mariage ultérieur avec le duc Philibert II de Savoie n’a pas duré beaucoup plus longtemps ; Marguerite a été duchesse de Savoie de 1501, date de son mariage avec Philibert, à 1506, deux ans après sa mort. En 1506, à la suite du décès inattendu de son frère Philippe le Beau, elle a été rappelée aux Pays-Bas pour assurer la régence de son neveu Charles V.

Marguerite a aimé l’art toute sa vie et a principalement cultivé la poésie et la musique. Il existe de nombreuses références à sa capacité à jouer des instruments à clavier, ainsi que de nombreux poèmes qu’elle a écrits qui sont parvenus jusqu’à nous. La preuve importante de la vie musicale que Marguerite a cultivée à la cour se trouve dans deux manuscrits conservés aujourd’hui à la Bibliothèque royale de Bruxelles. Les deux chansonniers contiennent des chansons et des motets de nombreux compositeurs franco-flamands qui étaient liés à la cour de Marguerite ou y travaillaient directement, notamment Pierre de la Rue, Alexander Agricola et Antoine Brumel. Les chansonniers faisaient partie de la vaste bibliothèque privée de Marguerite et ont probablement été compilés à des fins personnelles. Ils contiennent de nombreuses références biographiques à sa vie, notamment une collection de pièces de regret (quatorze dans les deux manuscrits) et des chansons composées sur ses propres poèmes, comme “Pour ung Jamais”. Ces manuscrits constituent la principale source d’inspiration de notre programme de concert. De plus, nous utilisons une troisième source, le Codex Basevi, actuellement conservé à la bibliothèque du conservatoire de Florence. Ce codex a été compilé dans le scriptorium de la chapelle de la cour bourguignonne, sous la direction de Petrus Alamire, qui a également produit l’un des deux chansonniers. Il a été préparé pour un mécène d’Italie du Nord et contient principalement des œuvres de compositeurs de la cour bourguignonne.

 

 

Jole de Baerdemaeker